L’OBJET DU MOIS D’OCTOBRE 2016

En octobre, le Musée de la Contrefaçon a choisi de présenter plusieurs faux dessins du peintre Ivan Klioune. 

Depuis la montée en flèche des prix du marché de l’art, le nombre de tableaux contrefaits s’est multiplié, générant un commerce illégal de plusieurs milliards d’euros chaque année. Le marché de l’art russe, qui connait une forte croissance depuis les vingt dernières années, est particulièrement touché. Les tableaux d’avant-garde sont les plus prisés et l’on estime aujourd’hui qu’il en existe plus de faux que de vrais.

Les faussaires ne manquent pas d’imagination lorsqu’il s’agit de créer de nouveaux tableaux, soi-disant d’époque. Par exemple, pour les œuvres sur papier, ils découpent les feuilles aléatoirement puis les teignent de manière artificielle. De cette manière, le papier semble vieilli naturellement et parait donc plus authentique. Le développement de méthodes scientifiques poussées telles que l’examen sous microscopie optique ou l’analyse sous fluorescence ultraviolette a permis de repérer avec plus de précision ce type de supercheries. Dans le cas des dessins constructivistes d’Ivan Klioune, l’analyse au microscope a démontré que les papiers avaient été découpés aux ciseaux et les bords brunis avec du thé…

Pour en savoir + TÉLÉCHARGER